Fiche n°9 : Équiper un ascenseur

Introduction

Le confort du déplacement et la sécurité des personnes à mobilité réduite sont primordiaux dans le repérage d’une circulation verticale. Afin de les aider à circuler, à accéder et à utiliser avec facilité et sans risque un ascenseur, différentes règles et certains principes existent et doivent impérativement être pris en compte.

Généralités

Tous les ascenseurs doivent pouvoir être utilisés par les personnes handicapées. À cette fin, ils doivent être conformes à la norme NF EN 81-70 relative à l’ « accessibilité aux ascenseurs pour toutes les personnes y compris les personnes avec handicap », ou à tout système équivalent permettant de satisfaire à ces mêmes exigences.

3 types d’ascenseurs y sont définis :

  • le type 1 (cabine de 1,25 x 1 m)
  • le type 2 (1,40 x 1,10 m)
  • le type 3 (2,00 x 1,40 m)

Obligations

Dans un établissement recevant du public, un ascenseur est obligatoire :

  • si l’effectif admis dans les étages supérieurs ou inférieurs atteint ou dépasse 50 personnes (100 dans l’enseignement).
  • lorsque l’effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs n’atteint pas 50 personnes (100 dans l’enseignement) et que certaines prestations ne peuvent être offertes au rez-de-chaussée.

Un appareil élévateur à usage permanent ne remplace un ascenseur que sous dérogation et dans les limites de son obtention fixées à l’article R. 111-19-6. Un escalier mécanique ou plan incliné mécanique ne peut en aucun cas remplacer un ascenseur.

Palier de l’ascenseur

  • Entrée de l’ascenseur : indication au sol de l’emplacement de l’ascenseur (cheminement coloré visuellement contrasté par rapport à l’environnement de l’ascenseur), contraste visuel de la porte ou du cadre, position en léger retrait de la porte par rapport au mur l’encadrant.
  • Signaux sonores : au niveau d’ascenseurs disposés en batterie, l’ascenseur appelé à s’ouvrir doit délivrer un message sonore clair et audible doublé d’un signal lumineux. Un message sonore informe également du mouvement de la cabine arrivant.
  • En hauteur, une signalisation adaptée repère l’ascenseur. S’il n’est pas visible depuis l’entrée ou le hall du niveau principal d’accès de l’établissement, il doit y être repéré par une signalisation adaptée. S’il existe plusieurs ascenseurs en batterie, cette dernière doit aider l’usager à emprunter l’ascenseur qui lui convient. Il est nécessaire de rappeler cette information à proximité directe de la commande d’appel. Le numéro d’étage desservi est rappelé en relief et visuellement contrasté directement en face de l’ascenseur à hauteur adaptée (de 0,90 à 1,30 m).

Commandes palière / commandes en cabine

Les touches doivent être saillantes et contrastées visuellement par rapport au support. Tout reflet est à éviter. Elles sont identifiées par des caractères en relief et en braille. Les commandes à effleurements et autres écrans tactiles sont à proscrire. Une source d’éclairage bien orientée peut faciliter le repérage et la reconnaissance des touches. On place le plus souvent le bouton d’appel extérieur à droite de la porte de l’ascenseur.

Commande d’appel sur le palier - numéro d’étage en relief et braille mais touches pas assez contrastées

Commande d’appel sur le palier – numéro d’étage en relief et braille mais touches pas assez contrastées

Commandes en cabine - touches bien contrastées

Commandes en cabine – touches bien contrastées

Équipements en cabine

  • Aide technique : une main courante est obligatoire. La précision d’arrêt de la cabine ne doit pas excéder 2 cm de différence avec le niveau d’arrivée.
  • Ambiance & éclairage : l’ensemble des revêtements et dispositifs équipant la cabine d’ascenseur doivent être contrastés visuellement les uns par rapport aux autres (voir rubrique « Contraste ») : murs, sol, main courante, tableau de commande, touches. L’éclairage de la cabine ne doit pas créer de reflets ni de sources d’éblouissement par son intensité et son orientation.
  • Informations : un signal ou message sonore indique le sens de déplacement de la cabine, l’ouverture ou la fermeture des portes, le niveau desservi (complété visuellement en cabine).

Contraste

Un contraste est une différence entre l’indice de réflexion de la lumière de l’élément à repérer et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement.

La règle de calcul communément admise est :

Contraste (%) = (i1-i2) / i1 x 100
i1 = indice de réflexion de la lumière de la couleur pâle
i2 = indice de réflexion de la lumière de la couleur foncée

Le contraste requis pour faciliter le repérage de la bande de localisation entre l’indice de réflexion de la lumière de celle-ci et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement doit être d’au moins 70%.

Sources

  • Circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 relative à l’accessibilité des établissements recevant du public et installations ouvertes au public et des bâtiments d’habitation.
  • Recueil « Les besoins des personnes déficientes visuelles – Accès à la voirie et au cadre bâti », CFPSAA (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes), 2009.
  • Norme NF EN 81-70 relative à l’ « accessibilité aux ascenseurs pour toutes les personnes y compris les personnes avec handicap ».
  • Études et recherches ARGOS-Services.