Fiche n°7 : La bande de localisation

Introduction

Le confort du déplacement et la sécurité des personnes à mobilité réduite sont primordiaux dans le repérage d’une traversée piétonne ou dans leur arrivée sur un arrêt de transport en commun. Afin d’aider à maintenir une trajectoire dans les espaces urbains et d’ainsi cheminer sans danger, l’utilisation d’un repère sous la forme d’une bande de localisation est soumise à quelques règles importantes à prendre en compte impérativement.

Description

La bande de localisation, aussi connue sous le nom de bande d’interception, est un dispositif podotactile implanté au sol sur la voirie publique au niveau des traversées piétonnes ou des arrêts de transport. Elle permet, en créant un repère détectable tactilement au pied et à la canne et repérable visuellement, d’intercepter le piéton afin de l’amener sur la zone d’attente de l’arrêt de bus ou sur la bande d’éveil de vigilance de la traversée piétonne. La bande de localisation est composée d’éléments en relief plus couramment appelés cannelures ou nervures.

Schéma de principe

Schema de principe

Principe d’implantation

De manière générale, il est important que la surface tactile choisie ne créer pas de confusion avec un autre système de guidage ou de repérage. Ceci nécessite donc une implantation cohérente et homogène sur le territoire, ou au moins sur le réseau de transports publics considéré. La largeur de la bande doit quant à elle, être comprise entre 40 et 60 centimètres permettant d’atteindre la moyenne d’un pas et donc éviter que le piéton ne passe au-dessus de la bande sans la détecter. La bande doit bien sur respecter les seuils de non-glissance, et doit présenter des vides favorisant l’écoulement de l’eau.

1) Au niveau des arrêts de transport en commun

Mettre en accessibilité les arrêts de transports en communs pour le public déficient visuel consiste à permettre le repérage de la station, de l’abribus ou du panneau d’horaires, ainsi que de la zone d’attente. Pour se faire, il convient d’implanter une bande de localisation du cadre bâti jusqu’à la bordure de trottoir. Cette bande à perception podotactile englobe le panneau d’horaires, permettant sa localisation et ainsi l’identification de la zone d’attente entre le panneau et le trottoir. Deux cas de disposition de l’arrêt de transport sont généralement rencontrés :

  • trottoir large (plus de 1,40 m de largeur de passage libre), présence d’un abri voyageurs en alignement avec le poteau d’arrêt. La bande de localisation doit être implantée du bâti à la bordure de trottoir en veillant à amener l’usager sur le poteau d’arrêt.

Schema trottoir large

  • trottoir étroit (moins de 1,40 m de largeur de passage libre), implantation du poteau d’arrêt contre le bâti. La bande de localisation doit être implantée du bâti à la bordure de trottoir, le poteau d’arrêt étant disposé contre le bâti.

Schema trottoir etroit

2) Au niveau des traversées piétonnes

Mettre en accessibilité les traversées piétonnes pour le public déficient visuel consiste à permettre le repérage de l’axe de cette traversée. La bande de localisation doit ainsi être implantée du cadre bâti jusqu’à la bande d’éveil de vigilance, dispositif permettant d’alerter le piéton de la présence d’un danger, à savoir la traversée d’une zone circulée par des véhicules. La traversée piétonne doit être l’objet d’une étude complète, de la bande de localisation à la bande d’éveil de vigilance, en passant par du guidage podotactile et/ou sonore au cours de la traversée (voir pass’argos, produit ARGOS-Services, repère pour les traversées piétonnes).

Schema traversées pietonnes

Contraste

Un contraste est une différence entre l’indice de réflexion de la lumière de l’élément à repérer (ici la bande de localisation) et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement.

La règle de calcul communément admise est :

Contraste (%) = (i1-i2) / i1 x 100
i1 = indice de réflexion de la lumière de la couleur pâle
i2 = indice de réflexion de la lumière de la couleur foncée

Le contraste requis pour faciliter le repérage de la bande de localisation entre l’indice de réflexion de la lumière de celle-ci et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement doit être d’au moins 70%.

Produits ARGOS-Services

Sources

  • Recueils « Les besoins des personnes déficientes visuelles », « Accès aux transports », CFPSAA (Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes).
  • Études et recherches ARGOS-Services.
  • Normalisation de la bande de localisation en cours.