Fiche n°6 : Les bandes de guidage

Introduction

Le confort du déplacement des personnes à mobilité réduite est primordial dans l’accès aux lieux recevant du public. Afin d’aider à maintenir une trajectoire dans les espaces vastes et d’ainsi cheminer en toute sécurité, l’utilisation des bandes de guidage est soumise à quelques règles importantes à prendre en compte impérativement.

Description

La bande de guidage est un dispositif podotactile implanté au sol permettant de créer un guide détectable tactilement au pied et à la canne et repérable visuellement par un contraste suffisant entre la bande, son support et son environnement. La bande de guidage est composée ou non d’une semelle et possède des éléments en relief plus couramment appelés cannelures ou nervures.

Classification

Les bandes de guidage les plus fréquemment rencontrées sont les suivantes :

  • bande 3 cannelures avec semelle : c’est la bande la plus fréquemment rencontrée en France. Facilement détectable au pied et à la canne, elle est utilisable en intérieur comme en extérieur. Les matériaux les plus employés dans sa fabrication sont le caoutchouc, le polyuréthane ou encore la résine méthacrylate. Il y a un risque de décollement lorsque la bande est soumise à un fort passage ou aux intempéries.

Bande 3 cannelures avec semelle

  • bande 3 cannelures sans semelle : relativement comparable à la bande 3 cannelures, le principal avantage de cette bande est son esthétisme et sa facilité d’intégration dans un espace. En résine, quartz ou méthacrylate, le choix des matériaux est large. Il est possible d’augmenter le nombre de cannelures.

Bande 3 cannelures sans semelle

  • carrelage et parquet : dans les établissements recevant du public, il est possible d’utiliser un carrelage rugueux ou à fort relief contrastant avec un carrelage lisse. On peut imaginer implanter un parquet de la même manière.
  • bande de circulation : c’est une bande de guidage de grande largeur, la personne déficiente visuelle chemine directement sur le dispositif de manière sécurisée. Il faut être vigilant au matériau employé, à son épaisseur, et au contraste entre le sol et la bande elle-même. Il peut également être envisageable de créer deux bandes de guidage séparées d’un espace (exemple : gare de l’Est à Paris).
  • allée de guidage : plus souvent intégrée dans le neuf ou lors de travaux extérieurs, elle comprend la mise en place d’un revêtement de sol non meuble constituant un cheminement naturel utilisable par tous. Visuellement contrastée et détectable à la canne ou au pied par le changement de revêtement par rapport à ses accotements, l’allée de guidage permet des combinaisons bitume/pelouse, bitume/pavés ou encore parquet/moquette. L’ajout de bordures latérales en extérieur permet un guidage accru.

Schémas de principe

Exemple : bande 3 cannelures avec semelle

Exemple : bande 3 cannelures avec semelle

Exemple : bande 3 cannelures sans semelle

Exemple : bande 3 cannelures sans semelle

En extérieur, on privilégiera des reliefs de 5 mm. En intérieur, il est possible de descendre jusqu’à 3 mm.

Implantation

Les bandes de guidage apportent avant tout une solution dans les espaces vastes. Ces derniers constituant des volumes où le repérage des informations et des itinéraires à emprunter est peu évident, les bandes de guidage sont un guide non négligeable à la bonne circulation des personnes déficientes visuelles. L’implantation systématique de bandes de guidage n’est pas envisageable dans certains cas. Il paraît évident que de multiplier l’information peut être source de confusion. Il est donc inutile de placer des bandes de guidage dans des couloirs ou des trottoirs étroits. Les murs, les façades et les sons sont d’autres moyens pour se repérer. L’aménagement urbain crée des repères, les bandes de guidage compensent son mauvais aménagement.

1) Les lieux d’implantation à privilégier sont les suivants :

  • ERP à forte fréquentation (gares, musées, aéroports, centres commerciaux…)
  • Grands espaces (places, parvis…)
  • Traversées piétonnes complexes
  • Arrêts de transport en commun
  • Trottoirs à niveaux en tant que séparateur de zones

En ERP 1ère et 2ème catégorie, il est fortement recommandé d’établir un plan d’implantation des bandes de guidage et des flux de circulations.

2) Technique d’implantation :

Un réseau de guidage podotactile au sol doit, le plus possible, être implanté de manière à ce que les bandes soient perpendiculaires entre elles. Il faut éviter au maximum les « virages » et angles peu prononcés. Un angle de moins de 90° est peu perceptible par une personne déficiente visuelle.

Pour le traitement des changements de direction et des croisements, plusieurs solutions existent :

  • Par juxtaposition : les bandes sont simplement accolées les unes aux autres. Ce traitement trouve vite ses limites dans la difficulté qu’émettent les personnes déficientes visuelles à détecter la bifurcation des bandes à la canne.

Schema des bandes de guidage par juxtaposition

  • Par l’implantation d’un dispositif significatif : la bande de guidage arrive sur un dispositif podotactile de forme carrée plus large que celle-ci (minimum 60 x 60 cm). Ce dispositif peut être traité par le même revêtement que la bande de guidage ou par un revêtement tout à fait différent, pourvu qu’il soit tactile et visuellement contrasté.

Schema des bandes de guidage par implantation de dispositif significatif

  • Par interruption : la bande de guidage est interrompue formant ainsi un vide au niveau du changement de direction ou du croisement (minimum 60 x 60 cm).

Schema des bandes de guidage par interruption

Pour le traitement des arrivées sur des points particuliers :

On parle ici généralement du guidage vers des équipements spécifiques d’un établissement dont les principaux sont :

  • les ascenseurs (la bande de guidage amène non pas au centre de l’ascenseur au niveau de sa porte mais sur le bouton d’appel)
  • les portes (la bande de guidage amène non pas au centre de la porte mais sur sa poignée)
  • les automates
  • les guichets
  • les feux sonores
  • les traversées piétonnes (on parle également de bande d’interception ou bande de localisation voir fiche n°7)
  • les zones d’attente au niveau des arrêts de transport.
  • en ERP de 5ème catégorie (commerces principalement) de l’entrée à l’accueil.

Contraste

Un contraste est une différence entre l’indice de réflexion de la lumière de l’élément à repérer (ici la bande de guidage) et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement.

La règle de calcul communément admise est :

Contraste (%) = (i1-i2) / i1 x 100
i1 = indice de réflexion de la lumière de la couleur pâle
i2 = indice de réflexion de la lumière de la couleur foncée

Le contraste requis pour faciliter le repérage de la bande de guidage entre l’indice de réflexion de la lumière de celle-ci et l’indice de réflexion de la lumière de son environnement doit être d’au moins 70%.

Produits ARGOS-Services

Sources

  • Recueils « Les besoins des personnes déficientes visuelles », « Accès à la voirie et au cadre bâti » et « Accès aux transports », CFPSAA (Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes).
  • Étude exploratoire du CETE de Lyon de décembre 2009.
  • Études et recherches ARGOS-Services.
  • Normalisation des bandes de guidage en cours.