Fiche n°2 : Accessibilité d’une chambre d’hôtel

Introduction

L’article 17 de l’arrêté du 30 novembre 2007 prévoit que tout établissement disposant de locaux d’hébergement pour le public doivent comporter des chambres aménagées et accessibles de manière à pouvoir être occupées par des personnes handicapées. À ce titre, les hôtels, internats, pensions de famille, établissements d’hébergement touristiques classés «Établissement recevant du public»  mais aussi hôpitaux sont concernés par cet article. Cette fiche pratique émet des préconisations relatives aux déficiences visuelles et cognitives qui n’apparaissent pas dans l’article précité mais qui sont indispensables pour répondre correctement non seulement aux besoins des usagers, mais à la loi de 2005 qui lutte pour l’égalité des chances.

Généralités

Le cheminement autonome dans l’établissement doit être possible par une signalétique adaptée complétée par un éclairage renforcé. À défaut, un accompagnement humain est indispensable. Le cheminement peut être facilité par la mise en place de mains courantes dans les couloirs. On parle de chambres « aménagées » lorsqu’elles sont adaptées aux personnes handicapées. Les chambres non spécifiquement aménagées sont toutes les autres chambres de l’établissement.

Chambres non spécifiquement aménagées

Pensez qu’une chambre dite aménagée (largeurs de portes, espace de circulation autour du lit, …) répond particulièrement aux besoins des personnes handicapées motrices. Une personne déficiente visuelle ou mentale réserve en général une chambre standard car elle n’as pas exclusivement besoin d’une chambre adaptée, c’est pourquoi les autres chambres doivent respecter des exigences minimales.

Le numéro de chambre doit être en relief contrasté visuellement ainsi qu’en braille. Il est disposé à hauteur des yeux (environ 1,60 m) sur les portes de toutes les chambres. Il est utile de le répéter sur les dispositifs d’ouverture des portes mis à disposition des clients. Pour les cartes-clés, ce même repère tactile permettrait, en étant judicieusement placé sur le dessus de la carte, d’identifier le sens d’ouverture plus facilement pour les personnes déficientes visuelles.

À son arrivée dans l’établissement, le client non ou mal voyant doit disposer d’une fiche en braille et en caractères agrandis indiquant l’ensemble des prestations offertes ainsi que les consignes en cas d’incendie, majoritairement inaccessibles à l’heure actuelle. Un accompagnement avec des explications sur les différents équipements doit pouvoir être offert au déficient visuel ou mental.

Dans la chambre, une prise de courant au moins doit être située à proximité immédiate du lit. Lorsque un réseau de téléphonie interne existe, une prise téléphone et un téléphone à grosses touches contrastées et muni d’un repère tactile sur la touche « 5 » doivent être reliés à ce réseau. La chambre doit être libre de tout obstacle à hauteur de visage et en particulier pour la télévision qui ne doit pas créer de risque de choc mais doit pouvoir être approchée de près par une personne malvoyante. Une télécommande à grosses touches contrastées et munies de repères tactiles doit compléter la prestation offerte par la télévision. Pour ce qui est du mobilier, des interrupteurs et prises de courant, des équipements présents dans la chambre, la salle d’eau ou le cabinet d’aisance, ils doivent tous être contrastés visuellement par rapport à leur environnement. Des diodes lumineuses sur les interrupteurs facilitent leur repérage dans l’obscurité.

Chambres aménagées

– Nombre minimal de chambres adaptées :
1 chambre jusqu’à 20 chambres au total,
2 chambres jusqu’à 50 chambres au total,
1 chambre supplémentaire par tranche de 50 chambres,
la totalité des chambres, salles d’eau, douches et WC pour les établissements d’hébergement de personnes âgées ou de personne présentant un handicap moteur.
les chambres adaptées sont réparties entre les différents niveaux desservis par ascenseur.

– Salles d’eau :
Si une chambre adaptée comporte une salle d’eau, celle-ci doit être aménagée et accessible.
Si une chambre adaptée ne comporte pas de salle d’eau et s’il existe au moins une salle d’eau à l’étage de cette chambre,  elle doit être aménagée et accessible depuis la chambre par un cheminement praticable.

– Cabinets d’aisance :
Si une chambre adaptée comporte un cabinet d’aisance, celui-ci doit être aménagé et accessible.
Si une chambre adaptée ne comporte pas de cabinet d’aisance, un cabinet d’aisance indépendant et accessible depuis cette chambre doit être aménagé à l’étage de celle-ci.

Produits ARGOS-Services